SOUCCOT AVEC LES LOUBAVITCH

Par Chloé SHARROCK


La fête de Souccot, traditionnellement la troisième fête de pèlerinage dans le judaïsme, s’étend sur plus d’une semaine en commémoration de l’exil du peuple Hébreu dans le désert égyptien. La tradition veut que des cabanes de branchages, les soukkas, soient construites afin d’y réciter des prières et d’y manger quotidiennement.

Il est également prescrit d’effectuer une procession particulière avec le loulav, un bouquet composé selon des exigences précises de quatre espèces de plantes – le fruit de cédrat, la palme de dattier, et des branches de saule et de myrte- utilisé lors des prières dans les soukkas et la synagogue.

Mais dans les milieux urbains comme Paris, il est cependant difficile d’observer cette tradition. Aussi, la communauté hassidique Loubavitch, particulièrement observante de cette célébration, a installé des soukkas communes  dans les Beth Habad (les centres communautaires regroupant synagogues, crèches et écoles) et mis en place des cabanes montées sur des véhicules, se déplaçant partout dans la ville, permettant ainsi aux fidèles d’y dîner et prier.

Très joyeuse, cette fête est particulièrement célébrée par la communauté juive orthodoxe Loubavitch, forte d’environ 40000 membres en France, dont la plupart sont regroupés à Paris et sa région. Durant plus d’une semaine, les journées sont ainsi partagées entre des moments de grande ferveur à travers des prières quotidiennes, et des instants de festivité partagés en famille.