SIDA, UNE VIE DE SURVIVANCE

par Olivier Donnars


A 67 ans, Alain est un rescapé. Contaminé par le VIH en 1991, il a survécu à l’hécatombe des années sida. L’arrivée des antirétroviraux au milieu des années 1990 l’a sauvé comme des milliers d’autres personnes séropositives en France. Pour la grande majorité d’entre elles, la maladie est devenue chronique, presque banale, et la vie a repris son cours quasi normal. Mais comme un millier de personnes séropositives, rien qu’en Ile-de-France, Alain n’a pas eu cette chance. Il fait partie de ces invisibles dont la santé précaire ne leur a pas permis de retrouver un travail et une vie affective. Tous souffrent d’une grande solitude, venue au fil du temps à la suite de la perte de leurs amis, décédés ou qui se sont éloignés. D’autres ont préféré couper les liens avec l’entourage car cela les renvoie à leur échec. Leur vie s’est arrêtée, vide de sens.