EN SYRIE AVEC LES YPG

Par Émilie Buzyn


Formé de trois cantons syriens qui ont fait sécession, le Rojava, territoire ancestral à majorité kurde, se revendique en tant que confédération laïque, féministe, démocratique et multiethnique.

C’est ainsi que sont nées en octobre 2015, Les Forces Démocratique syrienne, constituée des YPG et YPJ kurdes rejoints par les autres peuples de la région, Assyriens, Arméniens, Arabes, Tchétchènes, Turkmènes… Chrétiens et Musulmans, constitués en brigades. Tous acteurs de cette révolution inspirée par les Kurdes de Turquie et rendue possible par le chaos de la guerre qui ravage depuis tout juste cinq ans la Syrie.
Les femmes représentent près de 40% des combattants chez les Kurdes ; certaines sont des Yazidies venues du Sinjar en Irak. Toutes sont motivées par le sort réservé aux prisonnières de Daech et souhaitent en découdre avec l’organisation terroriste qui les craint particulièrement.

Soutenue à la fois par les USA et la Russie, l’armée démocratique syrienne est, sur le terrain, le bras armé de la coalition qui intervient quant à elle essentiellement au moyen de frappes aériennes. En février 2016, la reprise de la ville de Sheddad par l’Armée démocratique syrienne marquait une avancée décisive contre l’EI. Début mars, une opération était menée dans le désert syrien pour avancer la ligne de front et nettoyer la zone des candidats au martyr abandonnés par Daech se repliant vers Raqqa.