NICE, TROIS MOIS APRÈS LES ATTENTATS

par Guillaume Poli


 

Une poignante cérémonie d’hommage national aux victimes de l’attentat de Nice s’est tenue samedi 15 octobre, au cours de laquelle le président François Hollande a estimé que «ce qui a été frappé le 14 juillet, c’est l’unité nationale». Les communautés religieuses de la ville cherchent à préserver la cohésion sociale fragilisée par les tensions qu’a ravivée l’attaque. Parallèlement, les victimes vivent aujourd’hui encore un deuil difficile, rendu encore plus ardu par les polémiques qui ont suivi le drame.