À LA CHAPELLE –

Un nouveau centre d’accueil pour migrants à Paris

par Jan Schmidt-Whitley


 

En 2014,  la mairie de Paris et l’association Emmaüs se sont rendues compte que les structures actuelles pour accueillir les personnes migrantes seraient rapidement dépassées si rien n’était mis en place rapidement. Alors que nombreux étaient les personnes avec leur attention portée sur Calais ou  Grande-Synthe, il importait d’apporter une réponse adéquate à la problématique migratoire dans la capitale de la France. C’est pour répondre à l’arrivée de 50 à 100 personnes par jour sur Paris que le centre de La Chapelle a été ouvert.

Ouvert courant novembre 2016, le centre a une capacité de 400 places. La durée moyenne du séjour est fixée à 10 jours. Le centre offre des solutions d’hébergement aux hommes seuls, primo-arrivants et majeurs. Pendant la durée de leur séjour, les équipes d’Emmaüs, de l’OFII (Office français d’immigration et d’intégration), de MDM (Médecins du monde), du Samu Social, de l’hôpital Sainte-Anne, de l’ONG Utopia 56 et de Gip Habitat se relaient pour proposer des soins, des habits, un suivi administratif et des solutions d’hébergement en CAO (centre d’accueil et d’orientation) et en CHU (centre d’hébergement d’urgence) à toutes les personnes prises en charge.

Majoritairement soudanais, afghans, érythréens ou somaliens, les migrants hébergés dans le centre trouvent ici une alternative aux campements sauvages de Stalingrad. Ce centre leur permet de souffler un peu, de se reposer et si leur situation administrative leur permet de rester en France et de commencer les démarches pour demander l’asile.

Une fois l’étape de la « bulle » franchie, chacun a la possibilité de voir un médecin quand il le souhaite, d’obtenir des vêtements et de se voir attribuer un lit dans une chambre de 4 places. Ensuite, 3 repas sont servis tous les jours et les 100 salariés d’Emmaüs se relaient dans chacun des 8 « villages » pour leur faciliter leur séjour. Chaque « village » compte 40 personnes et est doté d’un réfectoire, de sanitaires et de douches ainsi que d’un bureau Emmaüs. Le « magasin » distribue des vêtements et propose aussi à ceux qui le souhaitent de laver leurs affaires. Des visites à la préfecture sont organisées avant que chacun ne reparte vers un CAO ou un CHU, en attente d’en savoir plus sur leur situation. Pendant toute la durée de leur séjour, les résidents peuvent aller et venir pendant les horaires d’ouverture. Un passeport de couleur leur est délivré avant qu’il ne parte dans un des bus qui partent quotidiennement vers toutes les régions de France.

Reportage réalisé du 20 au 25 novembre 2016